Navigation Menu+

Comment faire des placements de valeurs mobilières ?

L’investissement dans les valeurs mobilières permet aux investisseurs de bénéficier plus d’avantages qu’avec d’autres dispositifs. Cette option peut même ouvrir vers l’exonération d’impôts.

La procédure d’admission des valeurs mobilières

valeurs-mobilieres.jpg

Les valeurs mobilières concernent les preuves attestant l’intérêt de l’investisseur dans les bénéfices d’une entreprise, l’actif, les biens et le capital. Ces valeurs déterminent généralement les droits de l’acteur du placement ainsi que l’obligation d’une compagnie. En matière d’investissement proprement dit, trois participants entrent en scène. Si le gouvernement ou une compagnie « émetteur » n’a pas assez d’argent pour mener à bout des projets spéciaux, il a recours au placement dans les valeurs mobilières. Face à une telle offre, l’investisseur, comme une banque, un régime de retraite, un particulier ou autres, procède à l’achat. Entre les deux parties intervient le courtier dont le rôle est de jouer le rôle d’interface entre l’émetteur et l’investisseur. Il est connu comme conseiller en placements, courtier, représentant ou vendeur en valeurs mobilières.  

Les Normes IFRS Internationales

Les Normes d’information financière internationales (IFRS) veillent à la protection des investisseurs dans le cadre du placement des valeurs mobilières. Elles les protègent contre les éventuelles mauvaises informations ainsi que les fausses promesses.

controle-financier.jpg

Grâce à l’intervention de ces normes, les fausses opérations en termes de valeurs n’ont pas eu lieu en valeurs mobilières. La loi IFRS ouvre également vers de nombreux autres avantages au profit des investisseurs, pour ne citer que la prévention des honoraires et commissions exagérés et des comportements susceptibles de mener les investisseurs à une erreur en valeur mobilière. A noter que le CNC ou Conseil des normes comptables au Canada a rendu obligatoires les normes internationales d’informations financières dans le but de normaliser la présentation des données comptables à l’échelle internationale. Ces normes prennent la place des PCGR (Principes comptables généralement reconnus) et sont utilisées auprès des entreprises avec une OPRC (Obligation publique de rendre des comptes).