Navigation Menu+

Comprendre la défiscalisation immobilière

Basée sur l’investissement pour réduire les impôts, la défiscalisation immobilière est plébiscitée par de nombreuses personnes.

Qu’est-ce que la défiscalisation immobilière ?

La défiscalisation immobilière consiste à s’investir dans l’immobilier pour bénéficier d’une réduction d’impôts. Il s’agit d’une meilleure solution pour se faire des économies dans le long terme. De nombreuses options s’ouvrent, en effet, à toute personne décidant de lancer dans la défiscalisation immobilière, notamment la création d’un patrimoine immobilier, la réduction des impôts, la préparation de la retraite et la protection de la famille.

impots.jpg

Le dispositif est mis à disposition des particuliers imposables dans le but de leur faire profiter d’un bonus fiscal. Correspondant réellement aux objectifs fixés par l’État, les lois liées à cette solution, dont la loi Girardin, visent à permettre aux investisseurs de jouir d’une réduction significative du montant sur le revenu. De nombreuses lois sont en vigueur en matière de ce dispositif de réduction d’impôts, pour ne citer que la Loi Duflot, la loi Malraux et la loi Censi-Bouvard.

Comment pratiquer la défiscalisation ?

La défiscalisation immobilière s’ouvre à ceux qui se lancent dans l’achat d’œuvre d’art, les placements financiers en bourse et les assurances-vie. L’achat de bien immobilier constitue la meilleure option permettant de bénéficier de ce dispositif. La loi Duflot est la plus récente en matière de lois sur la défiscalisation immobilière, sachant qu’elle ne s’applique que depuis 2013. Elle se résume par une réduction d’impôt de 18 % des investissements jusqu’à 300 000 €.

defiscalisation-immobiliere.jpg

Avec la loi Censi-Bouvard les investisseurs jouissent d’une réduction d’impôt correspondant à 11 % pendant 9 ans lors de l’achat d’un immobilier à moins de 300 000 €. Appliquée depuis 1962 sur les travaux de restauration en vue d’une conservation des patrimoines immobiliers, la loi Malraux ouvre vers des réductions d’impôts de 22 % ou de 30 % d’investissement annuel limité à 100 000 €.